Société centrale de sauvetage des naufragés

La Société centrale de sauvetage des naufragés était une association française dont la mission était le sauvetage des personnes en danger en mer, crée en 1865, et actuellement remplacée par la Société nationale de sauvetage en mer.



Catégories :

Association ou organisme français - Premiers secours - Service de secours en France - Sécurité maritime en France - Nautisme en France - Pêche en France - Pêche - Association ou organisme lié à la mer

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Société centrale de sauvetage des naufragés (France) Société de sauvetage des naufragés (France) Société nationale de sauvetage en mer (France)... (source : 193.252.107)
  • Depuis sa création en 1865, la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés... la mise à l´eau du canot que durant les deux heures encadrant la pleine mer.... (source : snsm.argenton.free)

La Société centrale de sauvetage des naufragés (SCSN) était une association française dont la mission était le sauvetage des personnes en danger en mer, crée en 1865, et actuellement remplacée par la Société nationale de sauvetage en mer.

Historique

La SCSN est créée le 12 février 1865, suite à la volonté du gouvernement d'avoir un service privé et général de sauvetage en mer[1], et mise sous la protection de l'impératrice Eugénie qui offre le premier canot. Son premier président est l'amiral Rigault de Genouilly, sénateur et futur ministre, son vice-président est le baron Théodore Gudin. La société vit des dons et legs.

En 1866, vingt stations étaient en service, quinze en construction[2].

En 1883, la société est gère 70 stations de canot de sauvetage et 150 postes de lancement de fusées porte-amarre[1], utilisés pour installer des va-et-vient entre les bateaux en difficulté et la côte. Les canots, originellement à avirons ainsi qu'à voiles, doivent être remplacés par de couteux canots à moteur au début du XXe siècle. En 1967, la société dispose de 58 canots à moteurs insubmersibles et inchavirables[1].

En 1967, elle fusionne avec la jeune Société nationale de sauvetage en mer, mais aussi la Société des hospitaliers sauveteurs bretons, pour mettre en commun les moyens de sauvetage.

Notes et références

  1. abc Tempêtes et naufrages en Pays bigouden, p.  68
  2. Bellec 2008, p.  38

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_centrale_de_sauvetage_des_naufrag%C3%A9s.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 16/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu